Pétition
7244 Pétitions déjà créées avec 913275 signataires ! Connexion


Cliquez ici pour Refuser de soumettre les allocations familiales à c



Auteur :Frédéric C.
créé le :17-10-2014

Pétition $titre13 signataires
Voir les signataires

Cliquez ici pour Refuser de soumettre les allocations familiales à c


Objet de la pétition :

Refuser de soumettre les allocations familiales à conditions de ressources.

 

Liberté, égalité, fraternité.

 

Notre devise est mise à mal.

 

Une succession de décisions de l’actuel gouvernement et du président de la république amènent à cette pétition, la goute qui a fait déborder le vase étant la réforme des « allocations familiales », décidée sans débat, de manière dictatoriale.

 

Signification de la devise de la France

Une simple consultation de Wikipedia permettrait à nos gouvernants de comprendre que nombre de leurs décisions ne respectent plus les fondements de notre république :

 

  • Liberté
    • La « déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, modifiée en 1793 donne la définition suivante » : La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui ; elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait.
  • Egalité
    • Deuxième terme de la devise de la République, le mot « égalité » signifie que la loi est la même pour tous, que les distinctions de naissance ou de condition sont abolies et que chacun est tenu à mesure de ses moyens de contribuer aux dépenses de l'État. (cf. Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793).
  • Fraternité

 

En quoi la réforme des allocations est t elle contraire à notre devise nationale ?

La réforme envisagée lie le droit et le montant des allocations familiales aux revenus des parents : les « enfants » ne naissent plus égaux en France. Les principes d’égalité et de fraternité ne seraient donc plus respectés.

 

Un cas parmi d’autres.

Il ne s’agit en aucun cas d’opposer riches et pauvres ce qui est trop facilement utilisé par la majorité actuelle et les média, mais de s’en tenir aux faits en relatant un cas somme toute banal en région parisienne ou dans les autres grands villes françaises : une famille de cadres, dont mari et femmes travaillent, voit fréquemment ses revenus nets mensuels dépasser les 8.000 euros.

Pour la majorité des Français, un tel salaire est élevé, mais il n’est pas le fruit du hasard et résulte souvent de nombreux sacrifices et s’accompagne de charges en conséquence, et notamment d’un cout de l’immobilier élevé et de modes de garde des enfants couteux, compte tenu du manque de place en crèches.

D’aucuns pourront arguer que l’équilibre financier du ménage ne dépends pas « que » du versement des allocations familiales. Certes. Mais de à les diviser par 4…Pour une famille de 5 enfants, l’impact est de près de 4.000€ par an.

 

Néanmoins, une multitude de petites choses - supprimées une à une- font naître un sentiment de démotivation, d’instabilité et d’injustice grandissant :

  • Hausse des impôts (multipliés par 2 entre 2012 et 2013, et toujours en hausse en 2014)
  • Diminution des aides liées à l’emploi d’un salarié à domicile (emplois de nourrice en jeu, faute de place en crèche)
  • Allocations familiales assujetties aux revenus

 

La mise en perspective des efforts demandés à un petit nombre met en avant les injustices croissantes, notamment par rapport à ceux qui « en font le moins possible et profitent du système ».

Dans les faits, le gouvernement se trompe de priorité en nivelant notre politique fiscale, sociale et familiale par le bas et surtout en multipliant les contraintes sur ceux qui génèrent l’emploi et les richesses nationales par leur mode de consommation.

 

Avant de se prendre aux allocations familiales, quelles actions le gouvernement a-t-il mis en œuvre afin:

  • De diminuer drastiquement les dépenses de l’état ?
  • Favoriser la flexibilité de l’emploi et résorber le chômage?
  • Réorienter les investissements vers les secteurs porteurs ?
  • Assurer une vraie formation continue et favoriser le « mentoring/coaching » au sein des entreprises et la valorisation du savoir faire des seniors ?
  • D’assurer une taxation simple et équitable de tous les revenus, à taux fixe, pour tous ?
  • Lutter contre la fraude et la généralisation du « travail au noir » et traquer les profiteurs du système : aide au logement indues, cumul de plusieurs RMI et RSA, de la sécu gratuite et des allocations familiales sans contrainte de revenu ?

 

Notre attente

La mise en application de la politique engagée actuellement par le gouvernement se traduira par des expatriations.

Qui va rester en France pour consommer, créer des entreprises, reprendre des activités d’artisan, entretenir notre patrimoine ?

 

Nous souhaitons, peut être sur la base de ce qui est rapidement décrit ci-dessus, que cette pétition permette d’aboutir à des propositions constructives et d’éviter la création d’injustices comme celle naissante sur les allocations familiales.

 

Il est donc primordial que l’état renonce à assujettir ou même fiscaliser les allocations familiales, et dans le même temps, il importe de le dissuader de diminuer encore plus les aides pour la garde d’enfant à domicile ou auprès des assistantes maternelles ( d’autant plus qu’aucun programme d’augmentation des places en crèche n’est envisagé).

signer la petition Refuser de soumettre les allocations familiales à c Re la petition Refuser de soumettre les allocations familiales à c

Vous pouvez poster vos commentaires mais n'oubliez pas de signer la Pétition.