Pétition
7249 Pétitions déjà créées avec 913291 signataires ! Connexion


Cliquez ici pour LETTRE OUVERTE A MONSIEUR ALASSANE OUATTARA



Auteur :JOMBWE MOUDIKI
créé le :15-04-2011

Pétition $titre5 signataires
Voir les signataires

Cliquez ici pour LETTRE OUVERTE A MONSIEUR ALASSANE OUATTARA


LETTRE OUVERTE A MONSIEUR ALASANE OUATTARA

PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DE CÔTE - D’IVOIRE

 

Monsieur le Président,

Nous vous nommons ainsi parce que vous êtes sans aucune équivoque le Président élu par le peuple de Côte-d’Ivoire, le 28 novembre 2010. Il y a quelques jours que  nous avons entrepris de vous faire cette lettre, pensant que le temps devant nous est encore présent. L’accélération des évènements ces derniers jours dans votre pays avec l’arrestation de l’ancien Président Laurent Gbagbo nous oblige à forcer le trait.

 

Nous ne manquons pas de vous féliciter de prime abord pour votre brillante élection. Nous souhaitons vous dire préalablement que certains d’entre-nous souhaitions la victoire de votre adversaire, Laurent GBAGBO qui a eu la faveur de notre soutien dès  les premières heures des luttes de libération et de démocratisation.  En effet, il  avait mené pendant longtemps le combat de plusieurs générations à une époque où peu d’hommes politiques et surtout peu d’intellectuels en Afrique se risquaient à remettre ouvertement en cause l’ordre établi et les influences occultes qui empêchaient tout processus d’émancipation réelle du continent. Oui ! Laurent GBAGBO a représenté l’espoir pour plusieurs générations en Afrique et au-delà. Bien plus, le destin a contribué à son élévation et lui a permis de réaliser à son profit la figure du philosophe-roi tant recherché. Mais il a dû oublier sa mission et, quelque chose est passé de travers. Nous laisserons de coté la tragédie de son parjure.

Nous avions bien compris dès le soir du 28 novembre 2010 que vous aviez gagné sans aucune contestation possible. Malheureusement il aura fallu des centaines voire des milliers de  morts parce que votre adversaire politique a choisi de renier tous les principes et valeurs de la démocratie, des principes qui lui avaient valu le soutien de nombre d’entre-nous.

Au regard des évènements récents dans votre pays, notre interpellation pourra vous paraître hâtive. Aussi, nous vous invitons, au cas où vous n’aurez pas le temps de nous lire maintenant, à bien garder cette correspondance et à la relire lorsque vous rencontrerez des difficultés.

Monsieur le Président, le peuple ivoirien en vous accordant 54% des voix ne vous signe pas un chèque en blanc pour le mener où il ne veut pas aller. Vous avez proposé un programme à ce peuple et il vous a élu en conséquence. Certes vous venez de perdre 5 mois et vous héritez d’une situation calamiteuse, mais sachez que vous n’avez pas le choix. Vous ne pouvez décevoir ce peuple qui a tant souffert. Et très vite ce peuple oubliera les conditions de votre accession au pouvoir pour exiger de vous des résultats, parfois immédiats, parfois impossibles à lui fournir. Laissez-nous vous le dire expressément : IL AURA RAISON. Car le peuple ne peut se tromper. Il vous reviendra de répondre à ses attentes, d’expliquer les enjeux, le travail accompli, le travail à faire par tous et chacun : Transparence, redevabilité, participation, tels sont les valeurs qui vous assureront le soutien tant de ceux qui ont voté pour vous que de ceux qui ont cru aux promesses non tenues de votre adversaire déchu.

Oui, ce peuple comme tout peuple est travailleur, énergique, compréhensif et inventif car intelligent au-delà de ce que chacun peut imaginer. Ne vous y trompez pas. Le monde regarde l’Afrique, l’Afrique scrute la Cote d’Ivoire et le peuple ivoirien attend que vous le mettiez au travail sans attendre. Car les chantiers sont nombreux et la tache titanesque.

Votre tâche pour rassembler le peuple de votre pays est immense. Vous n’avez pas d’autre choix ; vous devez rassembler les ivoiriens, ramener la fraternité et la solidarité. Vous avez besoin d’assurer la sécurité. Commencez par expurger des institutions ivoiriennes tout ce qui est source de division, le peuple attend de vous la confirmation de ce qu’il a toujours su : il n’y a qu’une façon d’être Ivoirien, c’est de l’être, un point c’est tout. Et que tous les Ivoiriens et Ivoiriennes sont égaux en droits et en devoirs. Aucun esprit de vengeance ne peut être toléré et vous avez déjà montré que seul le droit triomphera des crimes et délits. Seule la justice rétablira la victime dans ses droits et mettra le coupable dans les conditions de payer à la société ce qu’il lui doit.

Vous donnez suffisamment de gages de responsabilité et d’ouverture et à cet égard, nous n’avons point d’inquiétudes. Monsieur le Président, gardez le cap. Ne vous laissez point déborder par votre entourage. Souvenez-vous que l’une des choses qui ont perdu Laurent Gbagbo c’est son entourage de va-t-en guerre et de profiteurs.

Au plan politique, l’exemple de Laurent Gbagbo et la conséquence de son désir fou de s’accrocher au pouvoir sans légitimité, lorsque l’on manipule les élections devra vous instruire dans vos actes futurs. Nous vous souhaitons donc de ne pas  répéter les mêmes erreurs. Sachez partir lorsque le moment sera venu. Lorsque vous rencontrerez vos pairs africains dont peu résistent mieux que Gbagbo à l’ivresse du pouvoir suprême, vous trouverez dans votre longue expérience de diplomate chevronné, les termes idoines pour leur dire la vérité, sur ce qui les attend et le prix qu’un peuple est prêt à payer pour se libérer.

Certains vous font le procès d’être à la solde de l’Occident ou d’être manipulable. C’est un mal pour un bien. Car vous aurez alors l’opportunité de leur montrer par votre acharnement à développer la Cote d’ivoire que vous êtes la marionnette de votre seul et unique mandataire : le Peuple ivoirien.  Au demeurant, la théorie du complot occidental ne pourrait être mise en avant dans votre cas, parce que  sur la scène politique ivoirienne s’agitent des acteurs autrement plus généreux envers l’Occident que vous, en commençant par votre adversaire d’hier.

Nous pensons que votre mérite personnel et votre parcours doivent vous permettre de traiter au moins d’égal à égal avec n’importe qui dans ce monde. Vos homologues occidentaux n’ont pas souvent autant de mérite que vous. Pourquoi baisseriez-vous donc la tête devant eux. Vous avez été le Numéro 2 de l’une des institutions financières les plus importantes du monde mondialisé ; nombre de responsables d’Etat de par le monde avaient besoin de votre approbation pour obtenir des crédits. Vous avez dirigé des équipes composées de personnes de toutes origines. Nous ne vous imaginons donc pas avoir le moindre complexe vis-à-vis de qui que ce soit. Ayez la tête haute !

Certains diront que vous avez eu l’appui de la France et de l’ONU et que vous aurez un devoir de reconnaissance. Nous vous rappelons que seul le peuple ivoirien vous a élu. La France et l’ONU ont aidé au respect de la légalité, mais sachez que vous ne leur devez rien ! Vous êtes Alassane Dramane OUATTARA Président de Côte-d’Ivoire, élu pour servir le peuple ivoirien. Point à la ligne. Toutes ces institutions que vous connaissez mieux que tous ceux qui vous accusent d’en être le valet ont des moyens et des limites dont vous saurez vous servir. Car il n’est point besoin de construire une Cote d’Ivoire isolée du monde et des institutions de la gouvernance globale.

Au besoin, souvenez-vous de cette ligne de Robert Badinter que vous connaissez bien : « l’ingratitude est la première qualité d’une autorité nommée ». Au demeurant vous êtes loin d’être un Président nommé et c’est déjà cela. Ne faites pas comme vos pairs africains. Assurez-vous qu’aucune ressource ivoirienne ne partira de Côte-d’Ivoire pour financer des actions sans retour pour le peuple ivoirien qui vous a porté au pouvoir. Si tel était le cas vous trouverez la jeunesse africaine sur votre chemin.

Nous voudrons terminer cette interpellation par la question de la construction de l’unité africaine. Vous n’en avez pas beaucoup parlé lors de votre campagne. Au-delà des gesticulations inutiles des projets de type de celui de M.KADHAFI, nous vous invitons à vous saisir de questions véritables liées à l’unité africaine.

Au 21ème  siècle, l’unité africaine ne peut pas être simplement un mythe pour des dictateurs mégalomanes. C’est un ensemble de réalités concrètes.

-       L’unité africaine doit se faire sur la base de principes clairs tels que le respect de la dignité humaine, le libre choix par les peuples africains de leur avenir. Au besoin, prenez les devants d’une  initiative en faveur de la formulation d’un package de convergence fondé sur la bonne gouvernance et la démocratie afin que l’unité africaine se construise à partir d’un nombre de pays convergents par leur environnement démocratique et de bonne gestion économique, seuls gages de la prospérité et du développement. Vous n’aurez pas toujours le choix. Il vous faudra composer avec vos homologues, mais sachez au moins tenir ce cap comme base de l’union africaine.

-       L’unité africaine doit se traduire par des actes simples : libre circulation des Africains en Afrique sans besoin de visas et autres, choix par les africains de ceux qui les représentent aux instances africaines. Ce choix ne peut être simplement une cooptation des dirigeants. Prenez l’initiative de mettre fin au scandale d’Africains refoulés de manière indigne aux portes de pays africains faute de visa alors leurs accompagnateurs non africains se voient ouvrir les frontières sans visa.

Monsieur le Président, Cher frère, Nous avons encore beaucoup de choses à vous dire pour notre continent. Mais Nous savons que vous allez être très occupés. Comme on dit en Côte-d’Ivoire, « lorsque l’on a un morceau dans la bouche il faut d’abord avaler avant d’en mettre un autre ». Nous allons donc nous arrêter ici pour le moment.

 

Nous vous souhaitons pleine réussite dans votre immense tache. En raison de vos mérites personnels reconnus de par le monde, vous n’avez pas droit à l’erreur. Les attentes sont encore plus grandes dans votre cas précis. Si vous vous trompez de bonne foi les jeunes africains comprendront. Mais si vous vous perdez parce que vous voulez vous accrochez au pouvoir et devenir bourreau de votre peuple, alors il vous arrivera ce qui est arrivé à Gbagbo. Vous avez cinq ans pour  l’éviter et faire mieux. Cinq ans c’est peu de temps dans une génération.

Vous pouvez être le catalyseur de plusieurs générations désormais.

A très bientôt Monsieur le Président.

 

Ont Signé :

1.    JOMBWE MOUDIKI Hugo, Juriste, Enseignant et Directeur d’une ONG, Toulouse France.

2.    Dr. Charles Nach Mback, Juriste, Enseignant, Consultant International, Honiara, Iles Salomon

3.   ENONE EBOH Théodor, Juriste, Enseignant, Consultant


4.Paul-Aarons Ngomo, enseignant, New York

5. Dr Bienvenu BONGUE, Epidemilogiste, France

signer la petition LETTRE OUVERTE A MONSIEUR ALASSANE OUATTARA Re la petition LETTRE OUVERTE A MONSIEUR ALASSANE OUATTARA

Vous pouvez poster vos commentaires mais n'oubliez pas de signer la Pétition.