Pétition
7245 Pétitions déjà créées avec 913277 signataires ! Connexion


Cliquez ici pour Il faut sauver le château de Saulxures-sur-Moselotte



Auteur :Tous les Amis du château de Saulxures-sur-Moselotte
créé le :15-09-2009

Pétition $titre2947 signataires
Voir les signataires

Cliquez ici pour Il faut sauver le château de Saulxures-sur-Moselotte


Il était surnommé le Versailles vosgien ou le petit Versailles. Mais aujourd'hui, le château de Saulxures-sur-Moselotte, construit sous le Second Empire de 1854 à 1861 sur les plans de l'architecte Charles Perron, est menacé de démolition. Depuis les années 70, son propriétaire privé l'a abandonné. Ce n'est pourtant pas faute, pour le Ministère de la culture, d'avoir tenté de sensibiliser les collectivités locales sur la qualité remarquable des décors. Aujourd'hui, un projet prévoit de raser totalement le château et d'en récupérer seulement les pierres et les statues pour les installer dans le jardin d'une commune voisine ou beaucoup plus loin : dans un pays étranger ! Commandé par Elisabeth Géhin, veuve du riche industriel Jean-Thiébaut Géhin, ce château est pourtant un formidable témoignage de l’âge d’or de l’industrie textile et de l'expansion industrielle de cette partie des Vosges. Il n'a rien à envier à ceux des maîtres de forge de la Lorraine du Nord, tant par ses dimensions, son architecture et sa décoration. Parquet en marqueterie, larges cheminées en marbre de carrare, escaliers somptueux, plafonds peints par Félix Haffner, sculptures multiples, tapisseries monumentales, rien n’avait été trop beau pour la construction de cet édifice de style Louis XV, réalisé par les plus grands artistes de l'époque. Ses grilles, oeuvres de Desforges, Brochon et des frères Festugières étaient les copies de celles de la place Stanislas à Nancy. Mieux, elles s’ouvraient sur un perron flanqué de quatre splendides cariatides, immortalisant les quatre saisons, œuvres du sculpteur Georges Clère, un des décorateurs du nouveau Louvre de Napoléon III. C'est la maison Jeanselme Père et Fils, fournisseur du mobilier de la Couronne sous Louis Philippe et Napoléon III, qui meubla le château. A l'origine, deux grandes verrières reliaient le bâtiment principal aux deux dépendances. Un ravissement pour les yeux. C'est pour cela que la revue l'Illustration lui a consacré à l'époque plusieurs articles avec des gravures de l’intérieur. Transmis aux générations suivantes, visité par Adolphe Thiers, Charles De Gaulle ou le musicien Gabriel Pierné, le château a finalement été abandonné en 1972. Il y a bien eu quelques projets de reprise mais aucun n'a abouti. Naturellement, la pluie et le froid ont réalisé leur sale besogne. Toiture et plafonds se sont écroulés mais il subsiste le gros-œuvre en très bon état avec son soubassement en blocs de granit énormes, ses parements en grès et ses nombreuses sculptures à commencer par les quatre cariatides. Depuis 1984, le château est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Cependant, étouffé par la végétation, il n'a pas cessé de continuer à se dégrader. Car le propriétaire ayant toujours refusé le classement de l'édifice, l’État ne peut pas imposer d’y entreprendre des travaux, ni les subventionner. Et pourtant, les prototypes des cariatides en plâtre sont conservés au Louvre. Dans les Vosges, on n’a pas réussi à préserver les originaux... A ce jour, il est impensable de démolir ce chef d'œuvre d'architecture surtout dans une région, le Sud vosgien, très pauvre en bâtisses de ce style. Il faut absolument le sauver en sollicitant les communes de la vallée, les structures départementales et régionales ainsi que l'Etat. Ce sera coûteux mais combien ont coûté la réfection des églises et autres ronds points et déviations routières ? Dans les autres départements de la région Lorraine, plusieurs châteaux ont été sauvés de la disparition. En Moselle, le château de Malbrouck, en état de ruines beaucoup plus avancé, a été reconstruit par le Conseil Général de Moselle pour 20 millions d’€uros. En Meurthe-et-Moselle, cent millions d'€uros sont investis dans le château de Lunéville. Et dans les Vosges, on voudrait voir disparaître purement et simplement le château de Saulxures-sur-Moselotte ! Non, ce patrimoine inestimable ne doit pas être perdu. Par respect pour les ouvriers qui ont payé de leur sueur sa construction. Par respect pour tous les tailleurs de pierres qui ont façonné les pierres. Par respect pour Jean-Thiébaut Géhin, personnage emblématique de l'industrialisation de la vallée de la Moselotte, qui ouvrit en 1825 à Saulxures-sur-Moselotte la première filature mécanique à moteur hydraulique de l'arrondissement de Remiremont avant de disparaître prématurément à 46 ans, après avoir été maire de la commune et conseiller général du canton pendant ses douze dernières années. Et par respect pour sa veuve, Elisabeth Géhin, qui a dépensé près de 2 000 000 de F. de l'époque pour ce château en 1861 alors que la valeur, de ses quatre usines réunies, était moins élevée (1 150 000 F. pour les deux filatures et 501 000 F pour les deux tissages). Un si lourd investissement dans le château témoigne de l’attachement des fondateurs au plus beau, à cette période prospère du textile. De plus à sa mort en 1876, la veuve Géhin légua à la commune de Saulxures-sur-Mosellotte 150 000 F. de l’époque pour la création d'un hôpital et 200 000 F. pour la reconstruction de l'église paroissiale. Sa mémoire mérite beaucoup mieux que la destruction pure et simple de ce château. Saulxures-sur-Moselotte a la chance posséder un joyau architectural unique : le démolir, cela reviendrait à vouloir laisser à la place un grand vide. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien afin d’appuyer notre démarche, devant les pouvoirs publics, contre la démolition.

signer la petition Il faut sauver le château de Saulxures-sur-Moselotte Re la petition Il faut sauver le château de Saulxures-sur-Moselotte

Vous pouvez poster vos commentaires mais n'oubliez pas de signer la Pétition.