Pétition
7245 Pétitions déjà créées avec 913278 signataires ! Connexion


Cliquez ici pour APPEL POUR LE RETOUR DU FRANC



Auteur :RACINES et FUTUR. Mouvement Gaulliste Indépendant. Alpes-maritimes - Auteur Joseph SPITERI Président RF. MGI -Co-auteur. Dr. Jean-François BLOCK. Vosges
créé le :20-03-2008

Pétition $titre184 signataires
Voir les signataires

Cliquez ici pour APPEL POUR LE RETOUR DU FRANC


Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, les signataires,

Constatant la faible participation à cette pétition, je décide de la clôre.

Une évidence est née, celle que les français(es) ne doivent pas en vouloir au destin pour subir les désirs et les diktacts des responsables politiques qu'ils ont eux-mêmes mis au pouvoir.

Mais ils doivent en vouloir à eux-même !

Je suis assez désabusé de remarquer que des pétitions sur des sujets de société non prioritaires, voire des sujets franchement incolores et inodores, les français(es) se prennent de passion et se mobilisent fortement.

C'est tout le drame de la FRANCE, c'est tout notre drame national.

Il faut croire que depuis mai 1968, une dévitalisation générale de la nation française s'est opérée.

L'histoire de FRANCE a été ponctuée par plus de défaites que de victoires.

Alors, faut-il en déduire que la population française est génétiquement un peuple voué à la défaite ?

Les prochaines élections seront à l'aune de l'analyse de cette formulation.

Je remercie toutes celles et tous ceux qui ont eu le courage et la lucidité nationale d'honorer par leurs signatures cette péttition, qui par sa faible participation ne sera pas envoyée à la Présidence de la République.

Je vous prie de croire, à l'expression de mes meilleurs sentiments patriotiques.

Joseph SPITERI

 

 

 

 

Les signatures augmentent significativement. Comparé à la pénétration somme toute modeste de cette pétition, cela dit clairement que des milliers, voire des millions de français(es), souhaitent que la FRANCE mette fin à l'expérience désastreuse de la monnaie unique (€) décidé autoritairement malgré le NON à la Constitution Européenne. Comble d'une certaine forme de totalitarisme gouvernemental, il est maintenant question de valider dans les plus brefs délais un amandement de cette constitution pour mettre en place un dispositif d'aide permanent aux pays européens en grande difficulté financière. La seule réponse offerte aux français(es) choqués par de tels comportements reste la signature de pétitions. Alors, n'hésitez pas, signez, c'est le seul geste qui vous est permis.

 

Objet : Pour le rétablissement du franc consacré monnaie nationale et le maintien de l'euro pour les échanges européens et internationaux, afin de rétablir l'entière maîtrise de notre économie nationale et internationale et de favoriser le retour du pouvoir d'achat citoyen et la relance de la croissance française. www.spiteri.fr Lettre pétition :

 

Monsieur le Président de la République Française.

Le traité de Maastricht du 7 février 1992 modifié par le Traité d'Amsterdam du 2 octobre 1997 et par le Traité de Nice du 26 février 2001 était censé apporter une bien meilleure qualité de la vie en Europe, et en France pour ce qui nous concerne. Déjà, les parties contractantes du Traité d'Amsterdam (Belgique, Allemagne, Espagne, France, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Autriche, Portugal, Finlande, Suède, Royaume-Uni de Grande-Bretagne, Irlande du Nord) convenaient que le Danemark, l'Irlande, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord s'exonéraient des accords précités qu'ils n'avaient pas signés, et qu'il leur convenait d'accepter tout ou en partie.

Et des lors qu'il convenait de maintenir des relations privilégiées avec la République d'Islande et le Royaume de Norvège, vu la confirmation de souscrire aux dispositions de convention de Schengen sur la base de l'accord signé le 19 décembre 1996. Il est donc notable de souligner que tous les pays ne possédaient pas les mêmes droits et devoirs. Parallèlement, mis en circulation le 01 janvier 2002 l'Euro était supposé établir une monnaie unique dans la zone européenne, monnaie qui était également supposée s'affranchir des taux de changes entre devises étrangères (mais en réalité à ce jour la pratique des taux de changes toujours en vigueur règlent le niveau de vie de chaque pays membre de la Communauté Européenne) aurait dû contenir les dérives connues à ce jour.

Par la suite le Traité établissant une Constitution Européenne signé le 29 octobre 2004 par l'Allemagne, la France, l?Italie, le Royaume-Uni, l'Espagne, la Pologne, la Roumanie ,les Pays-Bas, la Belgique, la Hongrie, la Grèce, le Portugal, la République Tchèque, la Suède, l'Autriche, la Bulgarie, le Danemark, la Finlande, la Slovaquie, l'Irlande, la Lituanie, la Lettonie, la Slovénie, Chypre, l'Estonie, le Luxembourg, Malte : était censé réaffirmer les principes égalitaires de tous les membres de l'Union Européenne tant sur les droits que les devoirs. Mais il est toujours notable de souligner que le Royaume-Uni (ne souhaitant pas lier le taux de change de la livre sterling à l'euro) et le Danemark (ayant rejeté cette proposition par un référendum en septembre 2000) s'affranchissent toujours des mêmes devoirs.

En effet, seuls ces deux états ont signé une clause de opting-out en matière de monnaie unique, ce qui permet, le cas échéant, de rester indéfiniment en dehors de la zone euro, et de bénéficier de la double circulation monétaire sur leur territoire. La Suède quant à elle n'a pas signé cette clause mais refuse toujours l'Euro.

Quel est l'état de la zone Euro au 01 janvier 2008 : Quinze Etats membres constituent la zone euro : Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Grèce, Italie, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas et Portugal, Slovénie (depuis le 1er janvier 2007), Chypre et Malte (depuis le 1er janvier 2008). Cinq autres Etats membres participent au Mécanisme de taux de change (MCE II) qui détermine un cours pivot de leur avancée par rapport à l'euro dans des marges de 15 % 2,25 % pour le Danemark) : Danemark, Estonie, Lituanie, Lettonie, Slovaquie. La monnaie unique a également un cours légal à Monaco, San Marin, au Vatican, en Andorre, au Monténégro et au Kosovo. Le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni ont pour l'instant décidé de rester en dehors de la zone euro. Les autres Etats entrés dans l'Union en 2004 l'Estonie, la Hongrie la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la République tchéquie et la Slovaquie) ainsi que la Roumanie et la Bulgarie, membres de l'UE depuis le 1er janvier 2007, doivent encore satisfaire ? certains critères économiques pour adhérer à la zone euro.

Toutefois, dès qu'ils seront prêts, ils l'intègreront. Les territoires d'Outre-mer ne font pas partie de la zone euro et conservent le franc CFP ("franc Pacifique") : la Polynésie française, Wallis et Futuna, et la Nouvelle-Calédonie. Sans remettre en cause l'appartenance de la France ? l?Union Européenne, nous vous demandons, Monsieur le Président de la République Française, et dans le cadre de la préservation de notre système monétaire, seul garant de notre indépendance nationale, de mettre en œuvre au sein des instances européennes, tous les moyens réglementaires européens pour signer dans les meilleurs délais une clause de l'opting-out.

Seul le rétablissement du franc consacré monnaie nationale et le maintien de l'euro pour les échanges européens et internationaux, rétabliront l'entière maîtrise de notre économie nationale et internationale et seront à même de mettre en oeoeuvre les conditions viables pour favoriser le retour du pouvoir d'achat citoyen et la relance de la croissance française.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République Française, en l'expression de notre profonde et respectueuse considération.

Les signataires de la pétition. http://racines-et-futur.org/

Ajout en date du 04 mai 2010.

La crise profonde, et prévisible, que traverse l'Europe à travers l'effondrement de l'économie grecque et pour d'autres pays européens à venir, prouve une fois de plus la faillite du système monétaire européen. Nous souhaitons encore plus fermement le retour immédiat au franc avant la rupture et la chute prévisibles de l'Europe. Aujourd'hui, seuls les pays bénéficiant de la clause de l'opting-out leur permettant le dégagement de la zone euro continuent à bénéficier d'une exportation favorable à l'économie. Seule, pour l'instant, l'Allemagne fait figure d'exception.

Depuis les faillites des pays européens se multiplient et ils sont maintenu sous perfusion économique par la BCE. Quand viendra le tour de la FRANCE les caisses de la même BCE seront vides et c'est le FMI qui prendra possesion de la FRANCE.

Maintenant, avec la fuite en avant des gouvernants européens, il est prévu de modifier la Constitution Européenne, déjà adoptée sans le consentement du peuple français, pour mettre en place un dispositif d'aide financier permanent pour "sauver"  les pays membres de la faillite;

On peut se demander raisonnablement comment la FRANCE peut trouver des fonds pour alimenter cette " banque " alors qu'elle est obligée - soi disant - de réduire tous les avantages sociaux et le budget des français, parce que les caisses sont vides !!! Du moins c'est ce qu'ils nous disent.

Si vous estimez que cette pétition ne rencontre pas l'audience qu'elle devrait, alors vous rendrez service à la la France en la diffisant à tous vos contacts amis, collègues, famille, susceptibles de la signer.

Merci pour la FRANCE, Merci pour nos enfants et nos petits-enfants.

signer la petition APPEL POUR LE RETOUR DU FRANC Re la petition APPEL POUR LE RETOUR DU FRANC

Vous pouvez poster vos commentaires mais n'oubliez pas de signer la Pétition.