Pétition
7248 Pétitions déjà créées avec 913289 signataires ! Connexion


Cliquez ici pour 1.0 fécondité moyenne dans le Monde



Auteur :DEMOGRAPHIE 1.0
créé le :27-04-2013

Pétition $titre33 signataires
Voir les signataires

Cliquez ici pour 1.0 fécondité moyenne dans le Monde


 

Partage de richesses et partage de populations

 

Le partage des richesses revient comme un leitmotiv dans les discussions sur les problèmes du Monde, comme la panacée pour résoudre la faim, la misère et le sous-développement sans avoir besoin d’agir sur la démographie mondiale.

Qu’appelle-t-on « richesses » d’ailleurs ? Un pays comme le Bhoutan qui n’a pas réellement de ressources naturelles (minières, accès à un océan, forêts) se considère comme étant riche, riche de culture et de sagesse en ayant instauré le BNB Bonheur National Brut comme indicateur de degré d’évolution de leur société. Néanmoins, une ville comme New-York à l’opposé ne pourra jamais s’éclairer à la bougie ou faire fonctionner ses ascenseurs par la traction humaine…

 

Partage de richesses

Certains pays sont riches en ressources naturelles et d’autres nettement moins. Le hasard des migrations humaines et les guerres successives depuis 10.000 ans ont défini arbitrairement des frontières autour de chacune de ces zones qui, au final, n’en font qu’une. Toutefois, le Monde est ce qu’il est et, puisqu’il est surpeuplé, il est de facto difficile à faire évoluer, Monde obèse d’êtres humains tous formatés dans un seul et même idéal idéologique : la croissance.

Un pays a deux possibilités ; soit il utilise ses ressources afin de nourrir, loger, éduquer son peuple, soit il vend ses ressources aux pays qui en ont nettement moins. Dans les faits, ces deux options amènent des tensions internationales avec les pays qui ont un énorme besoin de ces ressources dans le cas le pays décide de se concentrer sur son propre développement et des tensions intérieures dans le cas il choisit de vendre ses ressources à l’étranger, puisque les revenus en devises qu’il perçoit alimente directement une élite gouvernante qui ne redistribue que très peu vers les couches populaires.

Les pays n’ont pas toujours le choix entre ces deux possibilités. C’est toujours la demande internationale d’énergie qui détermine les choix politiques et souvent les hommes eux-mêmes qui gouvernent. Certains pays résistent à cette pression comme Cuba, mais leur démographie non stabilisée, en croissance permanente, favorise par là-même l’appauvrissement général du peuple cubain. Le repli national n’est jamais la bonne solution.  On l’a vu également avec l’isolement total du Japon au 18ème siècle et ce pendant 212 ans (période Sakoku) ! A l’ouverture des frontières, ce pays avait subi un retard technologique et culturel énorme qu’il paye toujours aujourd’hui.

 

Partage de populations

Au final, c’est la pression démographique qui va décider des choix politiques des gouvernements. Plus un pays est peuplé, plus il a besoin d’énergie. Sans énergie, pas de développement.

La position géographique du pays joue également un rôle essentiel mais non déterminant. En effet, les pays de l’hémisphère Nord ont nettement plus besoin d’énergie que ceux d’Afrique, même si certaines villes comme Gussing en Autriche font l’expérience d’une certaine autonomie énergétique.

L’augmentation dramatique de la démographie dans l’hémisphère Nord dans la 2ème moitié du 20ème siècle a généré un immense besoin énergétique qui a amené une pression accrue et accélérée sur les ressources dans le Monde et de nombreuses guerres afin d’assurer leur approvisionnement régulier.

Aujourd’hui le risque d’un effondrement généralisé dû à l’épuisement de l’ensemble des matières premières terrestres provient de l’explosion démographique dans l’hémisphère Sud cette fois, avec la volonté d’atteindre le niveau de vie occidental. D’où la thématique à la mode depuis 20 ans du « partage Nord-Sud » qui résoudrait tous les problèmes du Monde. Ceci est faux. On ne peut exiger un meilleur partage des richesses entre le Nord et le Sud – légitime par ailleurs – sans exiger d’abord un « meilleur partage des populations » entre le Nord et le Sud. Cette idée de partage Nord-Sud sert en premier lieu aux entreprises pour ouvrir de nouveaux marchés afin d’écouler leurs produits, portant un coup fatal aux ressources au bord de l’effondrement généralisé. Voilà pourquoi les médias relayent si facilement cette idée de partage Nord-Sud.

Pour les pays au bord de l’asphyxie démographique, la méthode utilisée est la suivante : se soulager de sa propre surpopulation en favorisant l’émigration vers les autres pays du Monde et donc se décharger de sa propre responsabilité démographique. C’est mettre son kleenex de sa poche droite dans sa poche gauche.

Défendre le 1.0

S’il doit y avoir meilleur partage des richesses, il ne peut se faire que dans le cadre d’une population stabilisée dans chaque pays. Si le prix des ressources est trop élevé pour un pays, c’est que sa demande intérieure est trop forte. Il convient donc de stabiliser, puis de réduire sa propre population en atteignant le 1.0 enfant par femme en moyenne par des politiques familiales durables et intelligentes.

Du fait de la rareté toujours croissante des ressources, leur prix va augmenter dans les années à venir, il est donc absolument nécessaire d’accompagner cette baisse des ressources immédiatement accessibles (pétrole, gaz, charbon, uranium) par une baisse de la fécondité mondiale.

La surpopulation est là et bien là. Elle va rester longtemps, sûrement jusqu’à la fin du siècle. L’action écologique doit donc porter sur la déconsommation des pays occidentaux, mettre au régime consumériste nos concitoyens et porter un message de modestie démographique au pays de l’hémisphère Sud afin qu’ils alignent leur taux de fécondité dès maintenant sur celui de l’Europe (1,6 enfant par femme), puis décroître vers le 1.0.

signer la petition 1.0 fécondité moyenne dans le Monde Re la petition 1.0 fécondité moyenne dans le Monde

Vous pouvez poster vos commentaires mais n'oubliez pas de signer la Pétition.